Gisement et devenir des invendus non alimentaires

Date de publication : 26/11/21



Crédit photo : aleksandarlittlewolf

4,3 Md€ d’invendus non alimentaires en 2019 en France

Qu’est-ce que la loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire (AGEC) ?

La loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire (AGEC), parue en février 2020, entend accélérer le changement de modèle de production et de consommation. L’objectif est de limiter les déchets et de préserver les ressources naturelles, la biodiversité et le climat. Elle marque au fer la nouvelle interdiction de destruction des invendus non alimentaires et l’obligation de leur réemploi. Cette mesure est une première mondiale. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2022 pour les produits couverts par une filière REP (Responsabilité Elargie du Producteur) et au plus tard le 31 décembre 2023 pour les autres produits.

Quels sont les principaux enseignements de l’étude sur les « Gisements et causes des invendus non-alimentaires et leurs voies d’écoulement » ?

Dans ce contexte, In Extenso Innovation Croissance, en partenariat avec Phenix et le Crédoc, ont réalisé avec l’ADEME, l’Agence du Don en Nature et Dons Solidaires une étude sur les « Gisements et causes des invendus non-alimentaires et leurs voies d’écoulement ». Cette étude a été menée auprès de 70 acteurs et 500 établissements, portant sur 12 secteurs de grande consommation en France [1].

L’étude révèle qu’en 2019, tous secteurs confondus, la part moyenne des invendus représente ainsi 3 % du CA des entreprises et les invendus sont estimés à plus de 4 Md€ de valeur marchande. Selon les établissements interrogés dans le cadre de l’enquête, la génération d’invendus est principalement liée à l’obsolescence marketing des produits ou aux fins de série, aux problèmes de surproduction et à l’absence de débouchés commerciaux et enfin aux défauts mineurs altérant la performance des produits (emballages abimés, produits endommagés, problèmes d’étiquetage).

Face à ce constat, et pour limiter l’impact environnemental et économique de la destruction des invendus non alimentaires, les entreprises disposent de plusieurs voies d’écoulement pour éviter de les jeter. Le déstockage représente la première voie d’écoulement des invendus tous secteurs confondus, avec 42 % de la valeur marchande des invendus. Le recyclage vient en seconde position, avec 27 %, suivi du don (21 %), de la destruction (7 %) et enfin de la réparation (3 %). Pour assurer le devenir des invendus non alimentaires, les metteurs en marché et les distributeurs doivent revoir leur modèle pour limiter ces surproductions et assurer une voie d’écoulement et de valorisation plus responsable comme le don, qui prend une part de plus en plus importante.

L’étude décrit aussi des scénarios prospectifs à 5 ans. Le scénario tendanciel s’accorde sur la poursuite du recul de la destruction des invendus au profit du développement du don et de la réparation. Les autres voies d’écoulement, comme le déstockage mais également la fin de vie via le recyclage, devraient se maintenir aux niveaux actuels.

Quels sont les principaux impacts de la loi AGEC sur le don de produits non alimentaires ?

Enfin, quatre principaux impacts de la loi AGEC émergent sur le don de produits non alimentaires : une augmentation du volume de produits donnés (parmi les produits aujourd’hui détruits ou recyclés), une plus grande hétérogénéité des dons et de leurs qualité (multiplicité des acteurs soumis à la loi), le don de plus petits volumes entrainant une complexification des schémas logistiques, et enfin l’émergence de nouveaux acteurs sur l’écosystème des acteurs du don, parmi lesquels les intermédiaires du don associatifs ou privés.

L’étude conclue sur une série de recommandations, portant sur la révision des modèles d’offre des industriels pour réduire les invendus, et un meilleur accompagnement des entreprises pour faciliter les dons.

Lire la synthèse et/ou le rapport de l’étude

 

[1] Hygiène et soin ; produits d’entretien ; fournitures scolaires et bureaux ; jeux et jouets ; puériculture ; électroménager ; vêtements et chaussures ; linge de maison et vaisselle ; ameublement ; équipements de la maison ; articles et équipement de sport ; produits culturels.

Partagez cet article